10 obstacles à l’écriture d’un livre et comment les surmonter

Que faut-il pour écrire un livre ? Quels sont les obstacles que vous rencontrerez en cours de route ? Et si vous êtes déjà en train d’écrire un livre, les défis que vous rencontrez sont-ils normaux ?

L’écriture d’un livre peut être un processus épanouissant et gratifiant sur le plan personnel, mais je pense qu’il est également important d’être honnête quant aux défis auxquels vous serez confronté. De cette façon, vous pourrez préparer des moyens de surmonter ces obstacles plutôt que de les laisser vous vaincre.

Vous écrivez un livre ou prévoyez d’en écrire un ? Voici les dix plus grands obstacles que les écrivains rencontrent lorsqu’ils écrivent leurs livres :

Les 10 plus grands obstacles à l’écriture d’un livre

1. La peur

L’un des obstacles les plus difficiles à l’écriture d’un livre intervient avant que vous ne mettiez un seul mot sur la page. Tous les écrivains sont confrontés à la peur et au doute. La bonne nouvelle ? Une fois que vous commencer à écrire, les doutes s’envolent comme par enchantement et vous découvrez que vos doutes et votre peur n’étaient pas fondés.

La solution

Soyez courageux. Il est normal de ressentir de la peur lorsque vous commencez à écrire, et encore plus d’être nerveux à l’idée de partager vos écrits.

Avoir des personnes autour de vous, votre famille, vos amis vous permettra de vous recentrer sur l’essentiel, de pouvoir en parler quand le doute s’installe. La plupart des gens pensent qu’ils peuvent écrire leurs livres tout seuls, sans soutien, sans encouragement et sans responsabilité. Et c’est pourquoi la plupart des auteurs en herbe échouent.

Lorsque vous êtes bien entouré(e) et que vous partagez vos moments de doute, vous aurez du soutien et vos proches vous diront de vous accrocher et continuer à écrire lorsque vous aurez envie d’abandonner.

2. Trouver du temps pour écrire

L’écriture d’un livre entier ne se fait pas en un jour. Il faut y consacrer du temps, des semaines, voire des mois.

Bien sûr, voter vie quotidienne et les autres tâches à effectuer ne s’arrêteront pas pour autant. Vous devez donc accepter cet état de fait.

Une fois que vous aurez compris et surtout accepté que vous devez gérer les 2 de fronts, il vous sera plus simple de  pour vous donner le temps dont vous avez besoin. Vous devez donc adopter une stratégie pour trouver le temps dont vous avez besoin pour chaque tâche.

Vous pensez que vous n’avez pas le temps d’écrire un livre ? La vérité, c’est que personne n’en a le temps. Mais si vous avez vraiment envie d’écrire un livre, vous pouvez peut trouver et prendre le temps dont vous avez besoin pour mettre votre histoire en page.

La solution

Si vous voulez écrire un livre, choisissez de faire de l’écriture une priorité.

Examinez votre emploi du temps et planifiez exactement quand et où vous allez consacrer du temps à l’écriture. Peut-être est-ce très tôt le matin à raison de 5 jours par semaine. Peut-être est-ce seulement une heure après que les enfants soient couchés. Peut-être devrez-vous sacrifier quelque chose pour dégager du temps, comme regarder la télévision le soir.

Définissez votre priorité pour votre temps d’écriture. Puis, tenez-vous y.

Vous avez besoin de plus de temps ? Cherchez des intervalles de quelques minutes dans votre journée. Sortez un bloc-notes ou votre téléphone et prenez des notes pour ce que vous écrirez ensuite lorsque vous pourrez vous asseoir avec votre histoire.

Oui, vous êtes occupé et vous n’avez pas le temps d’écrire un livre. Mais vous avez aussi plus de temps que vous ne le pensez. Pendant tout le temps qu’il vous faudra pour écrire votre livre, choisissez de faire de l’écriture une priorité et de l’insérer partout où cela sera possible.

3. Respecter les échéances

Écrire un livre est un travail énorme. Pour le diviser en tâches gérables, certains écrivains se fixent des délais hebdomadaires. Mais cela ne signifie pas pour autant que ces délais sont faciles à respecter.

La solution

La première étape pour respecter vos délais sont de les fixer clairement avec des objectifs ambitieux mais atteignables. Il est recommandé de fixer une date limite hebdomadaire, en indiquant le nombre de mots que vous devez écrire chaque semaine, ainsi que le jour et l’heure auxquels vous devez les écrire. Vous pouvez éventuellement débuter avec un nombre de mots relativement bas. Puis augmenter au fur et à mesure jusqu’à atteindre votre vitesse de croisière.

A LIRE AUSSI  Comment faire du violet en peinture ?

Mais ne comptez pas uniquement sur votre propre volonté pour vous assurer de les respecter. Votre volonté peut être forte au début, mais quelque part vers le milieu, vous aurez un coup de mou, et ces délais deviendront de plus en plus difficiles à respecter.

Pour vous assurer de réussir semaine après semaine, trouvez quelqu’un qui vous tiendra responsable du respect de vos échéances.

Vous vous souvenez de l’équipe dont nous avons parlé, celle qui vous aidera à surmonter votre peur ? Elle vous donnera aussi l’amour dur dont vous avez besoin pour atteindre votre objectif de nombre de mots et respecter votre échéance chaque semaine.

4. Perfectionnisme

Le livre dans votre imagination est merveilleux. Brillant ! Génial ! Inspiré ! Si seulement les critiques pouvaient le lire en ce moment. Vous seriez certainement le prochain prix Goncourt.

Et pourtant, quand vous vous asseyez pour écrire, les mots ne sortent pas comme vous l’aviez imaginé. Ils sont désordonnés, sans rythme, loin de la vision du best-seller instantané dont vous rêvez.

Le perfectionnisme est tentant parce qu’il vous promet que si vous travaillez suffisamment dur, que vous polissez chaque mot avant de le taper, votre livre sera une œuvre de génie. Mais la vérité est que tous les premiers jets sont désordonnés, et c’est ainsi qu’ils sont censés être.

La solution

La première étape pour vaincre le perfectionnisme est la suivante : acceptez de mal écrire, de ne pas avoir la bonne formule dès le départ.

Rappelez-vous, les premiers jets sont censés être désordonnés. Si votre premier jet est imparfait, c’est que vous le faites bien.

Si votre critique intérieur ne veut pas se taire, cachez votre écriture à vous-même. Changez votre police d’écriture en blanc, ou rendez-la trop petite pour être lue, pour qu’il n’y ait rien à critiquer.

Par-dessus tout, respectez vos délais. Il n’y a pas de temps pour la perfection quand vous avez 3 000 mots à rendre dans six heures.

5. Trouver un logiciel d’écriture

Au niveau le plus élémentaire, les seuls outils dont vous avez besoin pour écrire sont:

  • un crayon
  • et du papier.

Mais si vous voulez garder la trace d’un manuscrit entier, il est utile de tirer parti de la technologie.

La solution

Le meilleur outil pour écrire un livre est celui qui fonctionne pour vous. Si la dactylographie vous empêche d’écrire, essayez de dicter votre histoire. Les logiciels comme Word ou Google Docs permettent d’écrire ce que vous dictez. 

Un logiciel parfaitement adapté pour l’écriture d’un roman est Scrivener. Il est fait pour les écrivains, par des écrivains, et il vous donne la possibilité de diviser votre livre en chapitres et en scènes afin que vous puissiez travailler sur un petit morceau à la fois et réorganiser facilement n’importe quoi.

Voici une vidéo qui vous présente ce logiciel que nous ne pouvons que vous conseiller.

6. Autodiscipline

Avoir une date limite, c’est très bien. Mais les délais ne sont efficaces que si vous faites ce qu’il faut pour les respecter. Or vous allez voir que plus vous avancé, plus cela peut devenir difficile de tenir ses délais.

La solution

Vous avez peut-être commencé à écrire votre livre parce que vous aviez une idée brillante, que vous vous sentiez profondément inspiré ou que vous aimiez l’acte d’écrire et de raconter des histoires. Bien que toutes ces choses soient merveilleuses, elles ne suffiront pas à mener votre histoire à son terme.

Vous allez nécessairement connaître des creux dans le processus d’écriture. Lorsqu’ils surviennent, ne les utilisez pas comme une excuse pour arrêter d’écrire.

Plutôt que d’attendre que l’inspiration revienne, écrivez pour la retrouver.

Peut-être avez-vous besoin de changer quelque chose dans votre processus d’écriture. Essayez d’écrire dans un espace d’écriture différent, ou à un moment différent, ou par le biais d’un stylo ou d’une dictée plutôt que de tout taper.

Peut-être avez-vous besoin de revoir votre plan, l’idée qui vous a fait démarrer, et de réimaginer l’histoire.

Quoi que vous fassiez, ne vous fiez pas uniquement à votre inspiration, ni même à votre autodiscipline. Tendez la main à votre équipe, faites-lui savoir que vous avez des difficultés et demandez-lui du soutien.

Ensuite, continuez à écrire jusqu’à ce que vous ayez atteint votre but.

7. Urgences familiales

L’un des défis les plus difficiles auxquels les écrivains sont confrontés lorsqu’ils écrivent un livre est de faire face aux événements inattendus de la vie, aux urgences familiales qui peuvent se produire au cours de l’écriture d’un roman. Les échéances, les objectifs et l’autodiscipline sont essentiels, mais parfois la famille doit devenir la priorité.

A LIRE AUSSI  Comment faire du beige ?

Si cela vous arrive, acceptez qu’il puissent y avoir des imprévus. Ne vous découragez pas. S’il faut mettre en pause exceptionnellement l’écriture de votre livre, alors faites le. Vous le retrouverez plus tard, quand la situation sera plus propice.

La Solution

Si vous avez déjà vécu une tragédie, une urgence familiale ou des problèmes de santé de ce genre, vous savez à quel point l’écriture d’un livre peut sembler sans importance. Quel est l’intérêt d’écrire un livre quand on souffre tout le temps ? Ou que l’on pleure la perte d’un être cher ?

Utilisez la douleur ou le chagrin pour alimenter votre écriture. Certains des plus grands écrivains de l’histoire ont connu d’énormes traumatismes et souffrances. Le grand auteur russe Dostoïevski a été exilé en Sibérie où il a été confronté à la famine. Ernest Hemingway a perdu son père à un jeune âge en se suicidant. Au lieu de laisser la douleur et la tragédie nuire à leur écriture, ils s’en sont nourris.

8. Revivre un traumatisme personnel

Si vous écrivez des mémoires ou si vous fondez vos histoires sur vos expériences personnelles, vous devez faire face à des défis uniques. Revivre des situations difficiles, voire insoutenables peut être l’un des plus grands obstacles à l’écriture d’un livre.

La solution

Lorsque vous écrivez sur un traumatisme, vous pouvez avoir l’impression de revivre cette terrible expérience, et bien que vous puissiez être tenté d’éviter cela, cela peut en fait être l’un des meilleurs moyens de guérir.

Dans une étude, les chercheurs ont découvert que les personnes qui écrivaient sur leur expérience traumatique pour aussi peu que quinze minutes avaient « des résultats physiques et psychologiques significativement meilleurs ».

En fait, de nombreux thérapeutes prescrivent l’écriture comme moyen de guérir d’un traumatisme.

Ne fuyez pas vos sentiments. Ecrivez sur ce que vous ressentez.

Et si vous écrivez sur un traumatisme, ne vous sentez pas obligé de le partager avec qui que ce soit, du moins pas tout de suite. Faites le quand vous serez prêt(e).

9. Faire avancer l’intrigue

Que se passe-t-il ensuite ? C’est une question que vous vous poserez sans cesse au fur et à mesure que vous écrirez votre livre. Si bien que vous pourriez vous retrouver dans le scénario de la page blanche.

La solution

Au départ de votre écriture, établissez un plan de votre livre.

Votre plan de livre peut être aussi détaillé que vous le souhaitez. Vous pouvez rédiger des résumés de chapitre ou seulement quelques phrases de synopsis. L’important est de réfléchir à l’ensemble de votre livre.

Ce travail demande évidemment de prendre le temps de réfléchir à votre histoire. Mais vous constaterez combien ce plan vous sera d’une grande utilité quand vous vous trouverez dans une impasse.

10. Finition

Le dernier défi de l’écriture d’un livre ? Le terminer.

La solution

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, c’est formidable ! Avec un dernier effort, vous arriverez à la fin.

De quoi avez-vous besoin pour cette phase de fin? Voici quelques stratégies :

Déterminez combien il vous reste à écrire. Êtes-vous à quelques scènes de la fin ? Ou bien vous reste-t-il plusieurs chapitres à écrire ? Soyez honnête avec vous-même sur la quantité d’histoire qu’il reste dans votre livre.

Réinitialisez votre intention. Avant de commencer, vous avez décidé quand et où vous alliez écrire. Revoyez votre intention et engagez-vous à nouveau dans ce plan.

Laissez tomber le perfectionnisme et soyez prêt à expérimenter. Votre fin n’a pas besoin d’être parfaite. Il faut juste qu’elle soit sur la page.

Ecrivez plus vite. Vous avez du mal à arriver à la fin de votre livre ? Mettez-vous au défi d’écrire plus vite. Il n’y a pas de temps pour la perfection lorsque vous écrivez par sprints.

Vous avez ce qu’il faut

Écrire un livre est un énorme défi. Si vous vous demandez si vous avez ce qu’il faut, sachez d’abord que vous n’êtes pas seul.

Tous les écrivains, des plus anonymes aux plus célèbres ont commencé leur livre et la plupart d’entre eux se posent les mêmes questions que vous. Pire encore, elle ne disparaissent pas au fur et à mesure qu’ils écrivent. Et pourtant, ils ont terminé leurs livres. Et vous le pouvez aussi.

Peut-être qu’il est tout simplement temps de commencer.

VOTRE AVIS SUR CET ARTICLE

Cliquez sur une étoile pour noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Articles similaires

Articles populaires