> Accueil          > A propos          > Tous les articles          > Proposer un article

Passion, loisir et ateliers

Les symboles cachés du calendrier grégorien dans un jeu de 52 cartes

jeu de 52 cartes

Introduction : Un enchevêtrement surprenant de symboles

Lorsque vous prenez entre vos mains un jeu de 52 cartes, vous ne vous doutez probablement pas des secrets qu’il renferme. Il ne s’agit pas seulement d’un simple accessoire de jeux, mais bien d’une véritable énigme, une toile tissée de symboles empruntés au calendrier grégorien. C’est cet univers sous-jacent que nous allons explorer ensemble, à la recherche des liens insoupçonnés qui unissent ces deux univers. Soyez prêts à changer votre perception des cartes et du temps lui-même.

calendrier grégorien

L’art de la symbologie dans le jeu de 52 cartes

Plongeons-nous d’abord dans l’univers fascinant du jeu de 52 cartes. En apparence simple, il dissimule en réalité un véritable labyrinthe de symboles. Chaque carte, chaque figure, chaque couleur a une signification spécifique, et toutes ensemble, elles forment un ensemble complexe d’éléments liés les uns aux autres.

Pour commencer, il est crucial de comprendre que le nombre de cartes n’est pas dû au hasard. Les 52 cartes représentent les 52 semaines de notre année. Chaque couleur, quant à elle, symbolise une saison. Les piques sont l’incarnation de l’hiver, les cœurs du printemps, les carreaux de l’été et les trèfles de l’automne. C’est donc un véritable calendrier en miniature que vous tenez entre vos mains lorsque vous jouez aux jeux de cartes.

Chaque figure a également sa raison d’être. Les rois représentent les quatres grands empereurs de l’histoire : Alexandre le Grand, Jules César, Charlemagne et le roi David. Les dames illustrent les figures féminines de pouvoir à travers l’histoire : Athéna, Rachel, Judith et Pallas.

C’est dans ce jeu que la première surprise nous attend. Si vous comptez les valeurs de toutes les cartes (en attribuant 11, 12 et 13 aux figures), vous obtenez 364. Ajoutez à cela le joker, qui représente le nouvelle lune, et vous arrivez à 365, soit le nombre de jours dans une année du calendrier grégorien.

Le calendrier grégorien, une révolution solaire cachée dans les cartes

Décodons maintenant l’autre face de ce mystère : le calendrier grégorien. Mis en place par le pape Grégoire XIII en 1582, il est le fruit d’une réforme visant à corriger le décalage entre l’ancien calendrier julien instauré par Jules César et le cycle solaire.

A lire aussi :   Découverte artistique : 3 comptes de dessinateurs émergents sur Instagram

Chaque année, dans le calendrier grégorien, compte 365 jours, soit autant que de points dans un jeu de cartes complet. Mais ce n’est pas tout. Pour pallier le décalage entre cette durée et la réelle révolution de la Terre autour du Soleil, une journée supplémentaire est ajoutée tous les quatre ans : c’est l’année bissextile.

C’est ici que la deuxième surprise nous attend. En effet, dans un jeu de cartes, cesar est représenté par le roi de trèfle. Celui-ci est la 52ème carte, et si on lui attribue une valeur de 52, le total s’élève alors à 416. Si on divise ce chiffre par 4 (le nombre de couleurs), on obtient 104, soit le nombre de jours de weekend dans une année (52 samedis et 52 dimanches).

L’ordre caché : une clé de lecture entre cartes et calendrier

La symbolique ne s’arrête pas là. Les cartes renferment également un ordre caché qui reflète la structure du calendrier grégorien. Prenez le nombre total de points par couleur : il est de 91, soit autant que de jours dans une saison.

De plus, si vous regardez attentivement, vous remarquerez que chaque couleur compte 13 cartes. Cela correspond aux 12 mois de l’année, plus le mois intercalaire ajouté tous les 4 ans lors des années bissextiles. Vous pouvez également y voir une référence aux cycles lunaires, avec 13 nouvelles lunes dans une année.

Conclusion : Les cartes, miroirs du temps

Il est fascinant de voir comment un simple jeu de cartes peut renfermer une telle complexité et un tel symbolisme, reflétant le calendrier grégorien. Cette découverte nous invite à reconsidérer notre perception du temps et du hasard. Derrière chaque carte, chaque figure, chaque couleur, se cache une part de notre histoire et de notre rapport au monde.

Le jeu de 52 cartes n’est donc pas qu’un simple jeu, il est une représentation miniature du temps qui s’écoule, une carte du cosmos, un reflet de notre calendrier. Ainsi, chaque fois que vous melangez et distribuez ces cartes, souvenez-vous que vous tenez entre vos mains un morceau du cosmos, une représentation de l’ordre universel. Jouer aux cartes, c’est un peu comme manipuler les fils du temps et jouer avec le destin. C’est ce qui fait de ce jeu un objet si fascinant et si précieux.

Related posts
Passion, loisir et ateliers

Choisir le crayon de couleur idéal pour artistes professionnels

Passion, loisir et ateliers

Découverte artistique : 3 comptes de dessinateurs émergents sur Instagram

Passion, loisir et ateliers

L'énigme des clichés : les photographies historiques défient l'explication

Passion, loisir et ateliers

Comment débuter une collection de figurines Marvel : Guide complet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *